Comparativement à la consommation d’eau, une étude d’intervention démontre que la consommation d’une boisson édulcorée  est sans effet sur les apports caloriques totaux et n’augmente ni l’appétence ni la consommation de produits sucrés.Ils ont le goût du sucre mais pas leur teneur calorique : du fait de cette particularité, les édulcorants sont soupçonnés de perturber les mécanismes de régulation de la prise alimentaire. Qu’en est-il vraiment ? Pour le savoir, l’équipe de recherche de Fantino et al. a comparé les effets de la consommation, au cours des principaux repas (petit-déjeuner, déjeuner, dîner), d’une boisson édulcorée (330 ml/repas, contenant de l’acésulfame K, de l’aspartame, et du sucralose) à ceux de l’eau sur la prise alimentaire. L’étude a été réalisée chez 166 adultes (86 hommes et 80 femmes) ayant un IMC compris entre 19 et 28 kg/m², peu habitués à consommer des édulcorants, et des tests ont été conduits avant et après une période d’habituation. La prise alimentaire était mesurée au cours de sessions sur deux jours, le premier jour ayant lieu au laboratoire (buffets à volonté), le second en extérieur (repas libres déclarés par les participants). Après trois sessions, s’ensuivait une période d’habituation pendant laquelle le groupe expérimental devait consommer des boissons édulcorées tous les jours pendant 5 semaines. Une dernière session de 2 jours de mesure de la prise alimentaire clôturait l’étude. Qu’ils soient mesurés avant ou après la période d’habituation, les apports énergétiques totaux des participants ne différaient pas selon le type de boisson qui était consommé au cours des principaux repas. Les apports en sucres simples étaient réduits en cas de consommation de la boisson édulcorée, mais ceci uniquement avant la période d’habituation. En revanche, contrairement à ce qui est parfois rapporté, l’appétit pour les aliments sucrés n’était pas modifié par la consommation de boisson édulcorée, ni à court terme ni à long terme.

Source : Fantino M et al. Beverages containing low energy sweeteners do not differ from water in their effects on appetite, energy intake and food choices in healthy, non-obese French adults. Appetite. 2018 Jun 1;125:557-565.