Consommer plus de deux produits laitiers par jour serait associé à des risques plus faibles de maladies cardiovasculaires et de mortalité d’après une nouvelle analyse des données de la cohorte PURE publiée dans le Lancet.

Soupçonnés d’augmenter le risque cardiovasculaire, les acides gras saturés (AGS), dont les produits laitiers (PL) représentent une source majeure, ont longtemps eu mauvaise presse. Pourtant, d’après une analyse récente des données de l’étude PURE[1], les produits laitiers pourraient constituer un facteur protecteur vis-à-vis des maladies cardiovasculaires. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les consommations de PL de 136 384 personnes âgées de 35 à 70 ans, suivies pendant 9 ans, dans 21 pays. Résultats ? Par rapport aux personnes ne consommant pas de PL, celles qui en consommaient plus de deux par jour présentaient des risques réduits – de 15 à 20 % – de mortalité et d’évènements cardiovasculaires majeurs, en particulier d’accidents vasculaires cérébraux (réduction du risque atteignant ≈ 35 % pour ces derniers). Au sein des PL, ces mêmes tendances étaient observées pour le lait et les yaourts, tandis qu’aucune association n’était mise en évidence pour les fromages et le beurre. Enfin, les apports en AGS d’origine laitière n’étaient pas associés aux risques de mortalité ou de maladies cardiovasculaires. Bien que ces résultats soulèvent quelques interrogations (e.g. comparaison à un groupe de référence présentant une consommation nulle), ils ne soutiennent pas l’hypothèse d’un sur-risque cardiovasculaire lié aux PL et à leurs AGS ; les uns et les autres étant caractérisés par une grande diversité, aussi bien en termes de composition que d’effets physiologiques.

Source : Dehghan M et al. Association of dairy intake with cardiovascular disease and mortality in 21 countries from five continents (PURE) : a prospective cohort study. Lancet. 2018 Sep 1,(18)31812-9.

[1] Prospective Urban and Rural Epidemiological study – Étude de cohorte internationale suivant les maladies cardiovasculaires et leurs facteurs de risque dans des pays à dominante rurale ou urbaine.