Une éducation alimentaire restrictive serait associée à une plus grande tendance à manger en l’absence de faim chez des fillettes, tandis que le fait de faire pression sur son enfant pour qu’il mange serait négativement corrélé aux consommations sans faim chez les garçons. Conclusions d’une étude exploratoire australienne.Restriction, pression, contrôle caché…en matière d’alimentation, le style éducatif adopté par les parents conditionnerait-il le comportement alimentaire de l’enfant ? C’est la question à laquelle une étude exploratoire s’est intéressée chez 184 duos mères-enfants australiens. Après avoir mesuré le style éducatif prépondérant utilisé par la mère en matière d’alimentation, des enfants de 3-5 ans ont été soumis à un test visant à mesurer leur propension à manger en l’absence de faim : pour cela, après consommation de leur déjeuner – sandwiches, muffins et salade de fruits proposés sur un buffet en libre service – les enfants étaient laissés dans une salle en présence de jouets et de trois bols d’aliments de « snacking » contenant respectivement des chips, des biscuits et des raisins secs. Résultats ? Chez les filles exposées à un style éducatif restrictif (ex : Ne te ressert pas de tel aliment), on observait une plus grande tendance à manger sans faim après le déjeuner, alors que l’association n’était pas significative chez les garçons. Chez ces derniers, en revanche, le fait de faire pression sur son enfant pour qu’il mange (ex : Finis ton assiette) était corrélé à une moindre tendance à manger en l’absence de faim. Il existerait donc un dimorphisme sexuel concernant l’impact du style éducatif parental sur les enfants. Le style éducatif consistant à réguler l’alimentation de son enfant à son insu, en contrôlant son environnement alimentaire (disponibilité des aliments à la maison, etc.) n’était pas associé au fait de manger sans faim. Des résultats qui ne corroborent donc que très partiellement les hypothèses des auteurs, qui s’attendaient à des effets délétères des styles éducatifs s’appuyant sur la restriction ou la pression et à des effets favorables du contrôle caché. Sans oublier que les associations mises en évidence pourraient aussi refléter une relation bidirectionnelle, les comportements des enfants étant aussi à même d’orienter les styles éducatifs mis en place par les parents.

Source : Boots SB et al. Eating in the absence of hunger in young children: The role of maternal feeding strategies. Appetite. 2018 Jul 29;130:45-49.