Un an de supplémentation en vitamine D chez des adultes Japonais en bonne santé réduit la glycémie à jeun et le marqueur HOMA-IR d’insulino-résistance.

 

Avec plus de 300 millions de personnes souffrant de diabète de type 2 dans le monde et une prévalence en constante augmentation, les facteurs alimentaires susceptibles de jouer un rôle protecteur font l’objet de nombreuses recherches. La vitamine D pourrait être l’un d’eux en prévenant l’insulino-résistance, du moins chez les populations asiatiques, d’après les résultats de cette étude randomisée contrôlée (ERC) en double aveugle réalisée chez des adultes japonais (20 – 69 ans) supplémentés en vitamine D3 (420 UI soit environ 10 µg / j) pendant un an. Sur les 96 sujets (dont 34 hommes) présents à l’inclusion, 81 (soit 84 %) ont terminé l’étude. Après un an de supplémentation, la concentration sérique de 25-hydroxy-vitamine D a augmenté de 32,8 à 60,8 nmol/l (p < 0,01) ; cet effet était accompagné d’une augmentation de la 1,25-dihydroxy-vitamine D et d’une diminution de l’hormone parathyroïdienne. La glycémie à jeun (- 3,0 mg/dl ; p < 0,01) ainsi que l’indexHOMA-IR d’insulino-résistance (- 0,33 ; p < 0,01) étaient significativement diminués dans le groupe recevant la vitamine D, même après ajustement sur l’activité physique (utilisé comme marqueur de l’exposition solaire) et l’adiposité viscérale, facteurs de confusions potentiels. Aucun effet n’était observé sur le profil lipidique (cholestérol total, HDL, LDL, triglycérides) ni sur les marqueurs de l’inflammation (protéine C réactive, interleukines 6 et 17). Les auteurs relèvent que ces résultats pourraient être spécifiques aux populations asiatiques, d’autres ERC menées auprès de populations caucasiennes n’ayant pas montré de tels effets.

Source : Vitamin D supplementation reduces insulin resistance in Japanese adults: a secondary analysis of a double-blind, randomized, placebo-controlled trial. Sun et al. Nutrition Research (in press, available online 27 July 2016), ISSN 0271-5317.