Les personnes atteintes de prédiabète sucré (PreDM) et présentant un faible taux circulant en 25-hydroxyvitamine D [25 (OH)D] ont plus de risque de déclarer un diabète de type 2 (DT2). La présente étude a cherché à déterminer si de faibles concentrations en 25 (OH)D sont associées à des défauts de sécrétion et d’action de l’insuline chez les personnes atteintes de PreDM.

 

Dans le cadre de cette étude transversale, 488 sujets non diabétiques ont été répartis selon d’une part, un PreDM (glycémie élevée) ou un taux de glucose à jeun normal (GFN) et, d’autre part, un déficit en 25 (OH)D (<=20 ng/mL) ou une concentration adéquate en 25 (OH)D (> 20 ng/ml).

La résistance à l’insuline était évaluée par mesure du taux de glucose plasmatique à l’état stationnaire (SSPG) et par le calcul de l’index HOMA (HOMA-IR). Le niveau de sécrétion d’insuline était mesuré selon le modèle d’homéostasie de la fonction des cellules ? (HOMA-B). Les mesures de résistance à l’insuline et de sécrétion d’insuline ont été comparées entre les groupes PreDM et GFN, déficients ou non en 25 (OH)D après ajustement sur l’âge, le sexe, l’origine ethnique, l’indice de masse corporelle, la consommation de multivitamines et la saison (entre Novembre et Avril 2008).

Les mesures de résistance à l’insuline (SSPG et HOMA-IR) sont significativement supérieures dans le groupe PreDM comparativement au groupe GFN (P<0,001 pour toutes les comparaisons), indépendamment du statut en 25 (OH)D, les concentrations en 25 (OH)D des sujets PreDM n’étant pas différentes des sujets GFN. De même, la diminution de la sécrétion d’insuline dans le groupe PreDM est identique quel que soit le niveau de 25(OH)D plasmatique. En revanche, la déficience en 25(OH)D est associée à une concentration significativement plus élevée en SSPG suggérant que les PreDM qui sont déficients sont les plus insulinorésistants.

Les sujets présentant un PreDM et une déficience en 25 (OH)D semblent donc plus susceptibles de développer un DT2 en raison d’un degré de résistance à l’insuline supérieur associé à une fonction sécrétoire en insuline altérée et non compensée. Le fait que, dans cette étude, la prévalence de l’insulinorésistance soit augmentée chez les PreDM n’est pas surprenant car ils présentent un indice de masse corporelle plus élevé. La question se pose de l’intérêt d’une supplémentation en 25(OH)D chez les patients déficients et PreDM , voire obèses.

Source : Low Circulating 25-Hydroxyvitamin D Concentrations Are Associated with Defects in Insulin Action and Insulin Secretion in Persons with Prediabetes. Abbasi et al. J Nutr. 2015;145:714–9.