Les aliments riches en flavonoïdes, large famille de nutriments dérivés de plantes, ont été identifiés pour leur capacité potentielle au maintien des fonctions cognitives. Parmi eux se trouve le chocolat et, en particulier, le cacao. Avec la génération des baby-boomers atteignant des âges avancés et la prévalencede la maladie d’Alzheimer qui devrait tripler d’ici à 2050, il est nécessaire d’identifier des composants nutritionnels qui pourraient aider à prévenir le déclin de la fonction cognitive.

 

A l’état naturel, dans sa forme non alcalinisée, le cacao contient des quantités élevées d’un sous-type de flavonoïdes appelés flavanols, principalement l’épicatéchine, la catéchine et leurs oligomères. Des études ont montré que ces composés peuvent présenter un intérêt dans le fonctionnement du cerveau par des mécanismes incluant l’activation de voies de signalisation intracellulaires liées à la plasticité neuronale, des changements de la fonction vasculaire cérébrale ou encore la protection contre les neurotoxines et la neuroinflammation. Toutefois, les données de recherche chez l’homme sont rares à ce jour avec seulement quelques études d’intervention.

Dans cette étude, 90 sujets âgés (69-70 ans, en moyenne) ne présentant aucun signe de déficience cognitive déterminée selon les critères de la Mini-Mental State Examination (MMSE*>27) ont été répartis en 3 groupes recevant respectivement et quotidiennement une boisson contenant une quantité soit faible (48 mg), intermédiaire (520 mg) ou élevée (993 mg) en flavanols de cacao. La composition restante de la boisson, comprenant caféine et théobromine, était par ailleurs ajustée entre les différentes conditions expérimentales.

Après 8 semaines d’intervention, les participants consommant la boisson à teneur intermédiaire ou haute en flavanols de cacao présentaient une nette amélioration de leur performance aux tests neuropsychologiques (niveau d’attention, fonction exécutive et mémoire sémantique qui représentent des marqueurs sensibles du déclin cognitif et de la démence). De nombreux paramètres cardiométaboliques étaient également améliorés : pression sanguine, résistance à l’insuline (index HOMA), profil lipidique et marqueur de stress oxydatif (concentrations plasmatiques en 8-iso-prostaglandine F2alpha).

Cette étude menée chez des personnes âgées sans aucun signe de déficience cognitive, complète les résultats publiés dans le cadre d’une étude d’intervention au design expérimental assez proche mais réalisée chez des personnes présentant une déficience cognitive légère. Il est à noter que l’amélioration des performances cognitives est principalement associée à la sensibilité à l’insuline, les changements de pression artérielle et au niveau du stress oxydatif le sont de façon moindre. En revanche, comme l’étude ne comprenait pas de points intermédiaires de mesure, il est difficile de déterminer si les effets observés relèvent d’une action directe des flavanols de cacao ou s’expliquent plutôt indirectement, par l’amélioration de la fonction cardiovasculaire. De plus, aucune donnée n’est fournie sur l’effet des flavanols sur l’activité physique dont on sait l’importance dans le maintien de la fonction cognitive.

Cette étude fournit donc de nouvelles preuves que la consommation quotidienne de flavanols de cacao peut améliorer la fonction cognitive. Toutefois, de nouveaux essais cliniques devront êtres menés pour confirmer ces résultats, notamment sur le long terme.

Source : Cocoa flavanol consumption improves cognitive function, blood pressure control, and metabolic profile in elderly subjects: the Cocoa, Cognition, and Aging (CoCoA) Study—a randomized controlled trial.  Daniela M. et al. Am J Clin Nutr 2015;101:538–48.