Le tissu adipeux brun pourrait augmenter la dépense énergétique : dès lors, comment stimuler son développement ? Deux polyphénols consommés en association pourraient y contribuer, d’après une étude expérimentale chez le rat.
Chez les rongeurs, le tissu adipeux brun (TAB) s’avère capable de dissiper une partie de l’énergie métabolique en chaleur (thermogénèse) grâce à une protéine « découplante » des mitochondries (UCP1 pour UnCoupling Protein 1). La présence récemment confirmée de TAB chez l’Homme adulte a suscité un nouvel intérêt pour ce tissu, qui pourrait augmenter la dépense énergétique. En outre, certains composés à l’étude seraient susceptibles de faire « brunir » le tissu adipeux, c’est-à-dire de faire apparaître des cellules spécifiques du TAB dans le tissu adipeux blanc. Les effets de deux polyphénols, la quercétine (Q, ajoutée à hauteur de 30 mg/kg/j dans le régime des animaux) et le resvératrol (R, 15 mg/kg/j), administrés isolément ou en association pendant six semaines, viennent d’être testés sur le brunissage du tissu adipeux blanc chez le rat soumis à un régime obésogène (riche en saccharose et en lipides). Par rapport au groupe témoin, la prise de poids s’est avérée moindre chez les animaux recevant les deux polyphénols (Q+R) ; de plus, les tissus adipeux blancs intra-abdominaux et sous-cutanés étaient significativement réduits. Des adipocytes multiloculaires, c’est-à-dire contenant de nombreuses gouttelettes lipidiques, caractéristiques du TAB, apparaissaient uniquement dans le tissu adipeux blanc péri-rénal des rats Q+R,  dans lequel la présence de la protéine découplante UCP1 était détectée. Les ARNm de plusieurs gènes spécifiquement exprimés dans les cellules du TAB (Cidea, Hocx9, etc.), étaient augmentés chez les rats Q+R. Ainsi, dans ce modèle expérimental, la quercétine et le resvératrol, consommés simultanément, ont permis de stimuler l’apparition de cellules adipeuse brunes essentiellement au niveau péri-rénal. Des recherches complémentaires permettront de déterminer si ce remodelage du tissu adipeux peut expliquer la résistance à la prise de poids observée chez l’animal et si la consommation de ces polyphénols peut contribuer à un contrôle de la masse grasse chez l’Homme.

Source : Arias N et al. A combination of resveratrol and quercetin induces browning in white adipose tissue of rats fed an obesogenic diet. Obesity. 2017 Jan;25(1):111-121.